Renovation

Avant-Après : Transformer un mur avec un enduit monocouche coloré

21 octobre 2019

Nouvelle problématique dans la maison :  faire disparaître un mur de séparation extérieur en parpaing grâce à un enduit monocouche. Un tour de magie en somme. Dans cette partie du jardin, je trouve que l’on ne voit que ce mur et non les plantes du jardin. Le regard s’arrête sur la fissure, la couleur du béton. Cela donne un air de non fini à ce jardin. Quand ce sont de vieilles pierres, cela peut être joli. Mais là, non. J’ai fait un premier test avec une peinture grise et je trouve que l’on voyait encore trop les parpaings. Je souhaitais un effet avec plus de matière et un côté plus lisse et plus foncé. Créer un contraste. Après avoir pris conseil auprès des magasins Point P, nous nous sommes tournés vers les produits Weber. Nous avons choisi un  enduit coloré monocouche weberpral F. Suivez le guide!

Au sommaire de cet article consacré à l’application d’un enduit coloré monocouche weberpral F de la marque Weber

 

Le choix de l’enduit monocouche


On parle d’un enduit monocouche car on utilise un seul et même produit même s’il faut 3 passes pour obtenir le résultat souhaité. C’est vraiment simple d’utilisation et très pratique.

Au niveau esthétique, l’enduit coloré monocouche weberpral F donne un aspect naturel.  Il est rapide à mettre en œuvre. Il est bien adapté au parpaing de notre projet Il permet de faire une variété de finitions.

Nous avions retenu une teinte noir lave 697.  Nous avons 7 pans de murs à faire de 2m50 x 1m80.
Le coefficient d’absorption solaire de la teinte noir est trop important pour une enduction sur la totalité des surfaces. Il peut être appliqué sur de petites surfaces pour du décoratif). Nous avons choisi une teinte ayant un coefficient d’absorption solaire de 0,7 maximum. Pour les teintes soutenues, la gamme Ultime Color permet justement d’appliquer certaines teintes soutenues. Le coloris gris galet 660 que nous avons retenu est le plus proche.


Pour la consommation du produit, il faut compter entre 22 à 25 kg/m² pour une finition talochée ou rustique et 26 à 28 kg/m² pour une finition grattée. Nous avons vu large et commandé 32 sacs de 25 kgs.

La préparation du mur


Nous avons nettoyé les murs de parpaing abîmés par le temps et les intempéries. Les 7 murs ont été brossés avec une brosse métallique pour enlever la terre et la mousse. Les fissures et les trous ont été rebouchés.
Le mur a été arrosé une heure avant l’application de l’enduit.

La pose du gobetis

La première étape de pose d’un enduit de façade est le gobetis, qui est la couche d’accrochage.

Pour cette étape, j’ai mélangé dans une auge, un sac de 25 kgs avec 4 litres d’eau à l’aide d’une tige malaxeur fixée sur ma perceuse. J’ai versé petit à petit l’eau pour que le mélange soit bien homogène. Cela prend 20 bonnes minutes.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à regarder les vidéos de la marque qui sont très bien faites

Différentes techniques sont possibles pour appliquer cette première couche. J’ai essayé d’appliquer l’enduit de façade avec une truelle et un platoir, en travaillant du haut vers le bas. J’avais une tenue adaptée avec des gants et des bottes. Vous avez une courbe d’apprentissage certaine. J’ai donc commencé par un mur que l’on ne voit pas trop. J’ai essayé d’appliquer l’enduit avec une brosse à encoller. Beaucoup plus rapide, mais avec une perte de produits plus importante.

Le gobetis doit faire environ 5mm d’épaisseur. Votre mur doit justement rester rugueux, car cette première couche va faciliter l’accrochage de l’enduit de façade.
7 murs à faire. C’est un travail long et très physique dont on voit le résultat rapidement.

Appliquer le corps d’enduit


Une fois le gobetis sec (attendez en général 24 heures), j’ai appliqué la deuxième couche dit le corps d’enduit. Cette application a été plus facile même si j’ai dû gérer des bordures entre chaque pan de murs. Il est conseillé d’appliquer une couche de 15mm environ.  Le grattoir m’a bien servi entre deux couches pour aplanir la surface.
Pour  l’application, j’ai utilisé la truelle et le platoir. A la fin, la taloche m’a permis de bien lisser la surface. Les aspérités s’effacent. On voit de moins en moins les parpaings. Côté apprentissage, je fais moins de « splashs » sur le sol. J’apprécie le travail de la matière et les possibilités offertes.

Appliquer les finitions


La troisième et dernière couche est une couche de finition. Elle ne fait plus que 5mm d’épaisseur. Elle s’applique directement à la taloche, une fois le corps d’enduit sec.  A vous de choisir la finition désirée. J’ai souhaité une finition assez lisse où on garde un peu de matière.

Entre canicule et pluie, la météo n’a pas été avec nous. Lorsqu’on réalise un enduit, il faut y faire attention. Nous sommes très satisfait du résultat. On va pouvoir aménager cette espace avec de belles plantes. Je vous montre cela très vite.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply