Catégorie

Talents Lifestyle

    Talents Lifestyle

    Véronique Rigaudie, une céramiste haute en couleurs

    31 août 2018

    Après une carrière artistique dans un conservatoire de musique et 5 ans de formation chez différents professionnels dont elle admirait le travail, Véronique Rigaudie se lance avec passion, dans ce métier artisanal et de création : la céramique. Elle installe un atelier chez elle, dans l’ancienne chambre d’amis. Chaque recoin de l’atelier est utilisé pour entreposer la matière première. C’est aussi devenu un laboratoire, un lieu où elle imagine des pièces et des formes en couleurs, dans un style qu’elle souhaite épuré.

    Son dada : développer ses propres émaux de haute température

    C’est dans l’atelier que naissent ses  couleurs. Elle a « la couleur qu’elle veut dans l’oeil ». Elle n’hésite pas à multiplier les essais pour trouver sa couleur parfaite.  Une balance de bijoutier et un cahier pour noter les dosages. Après la cuisson, elle analyse. Transparence, brillance, effet mat, tout compte. Une journée peut s’écouler avant de trouver la bonne couleur. 10 essais : 5 bons, 5 mauvais.

    Son oeil s’éclaire quand elle parle de sa nouvelle trouvaille, des émaux métalliques sur un grès noir. Quand elle trouve le bon accord, elle lance la production.

    Elle commence à avoir une belle gamme de nuances. Elle peut garder certaines imperfections qui apparaissent par magie pour donner du caractère aux pièces. Elle aime jouer avec les textures.

    L’émail transparent Vert Céladon est notamment le fruit de ses recherches en émaux de haute température.

    Côté matière, Véronique Rigaudie travaille la porcelaine de limoges et le grès. La « Rigaudie Touch » pour la porcelaine est de colorer l’intérieur de ses bols ou assiettes et de laisser l’extérieur en biscuit, à l’état brut. Elle laisse apparaître la pureté de la porcelaine. Elle adore le contact avec cette matière. Pour cela, elle ponce rigoureusement chaque pièce pour obtenir un toucher encore plus doux.

    Des petites séries en grès ou en porcelaine

    Pour sa vaisselle (assiettes, saladier, plat, mugs, bols…), Véronique Rigaudie utilise plusieurs techniques comme l’estampage, le tournage ou le moulage. Les pièces sont séchées doucement. Elles sont ensuite cuites à hautes températures, deux fois dans son four. Les céramiques passent au lave-vaisselle. Entre art et artisanat, la céramiste crée des petites séries artisanales et uniques pour des boutiques sélectionnées avec soin ou sur commande. Certaines créations sont en vente sur son site web.

    Des créations uniques

    Côté décoration, Véronique Rigaudie crée des croix, des coeurs et des étoiles que l’on peut suspendre ou transformer en collier d’intérieur. Elle propose des bougies dont elle a élaboré le parfum avec une créatrice parfumeur. 3 senteurs sont proposées : Rose addiction, Eloge de l’ombre et Velours d’Ambre.  J’ai beaucoup aimé cette dernière.

    Comme les autres, elle est présentée dans un gobelet Annette en porcelaine émaillée blanc mat. Son parfum : résine d’ambre et vanille des îles. Une senteur subtile qui fonctionne bien. En plus, vous pourrez le réutiliser pour boire un thé ou un café.

    Retrouvez l’univers et les créations de Véronique Rigaudie en vente sur son site

    Talents Lifestyle

    Jean-Charles de Castelbajac ne fait pas tapisserie avec la Maison Jules Pansu

    22 février 2018
    tapis jean charles de Castelbajac pour Jules Pansu

    Lorsque l’on regarde le parcours du couturier Jean Charles de Castelbajac, cette rencontre due semble-t-il au hasard avec l’équipe de la Maison de tapisseries Jules Pansu, apparaît comme une évidence.

    L’univers du créateur est un mélange entre une vision, un trait qui semble simple, des idées fédératrices et justes, un langage figuratif clair et structuré et des codes couleurs qui font son identité. Jean-Charles de Castelbajac qui multiplie les collaborations avec différentes marques dans la mode ou l’ameublement n’a jamais voulu cloisonner ses disciplines de prédilection que sont l’art, la mode et le design.

    MAISON JULES PANSU : DE LA PEINTURE À LA TAPISSERIE

    La maison  Jules Pansu, fondée en 1878 est le premier et unique tisserand à avoir pu créer une collection de tapisseries et une gamme d’accessoires à partir d’une sélection de toiles et de dessins du peintre Pablo Picasso.  Le résultat est magnifique. On retrouve les coussins dans nombres de projets de décoration d’intérieur. Le bureau de création Jules Pansu – les 2 Meilleurs Ouvriers de France en tête – imagine avec succès depuis une dizaine d’années une ligne de collections avec des artistes de renom tels Miró, Magritte ou Kandinsky.

    La maison Jules Pansu, transmis de père en fils depuis maintenant cinq générations, se distingue par sa parfaite maîtrise du Jacquard lourd multichaîne. Un savoir-faire qui lui permet de mixer des couleurs et de rendre la sensation de relief exigée par la reproduction d’oeuvres d’art. Pour chaque collection, il y a toujours les mêmes défis techniques, les mêmes exigences du cahier des charges. Les ateliers de fabrication de la marque sont installés à Halluin, terre des Flandres, berceau de la tapisserie depuis plus de 600 ans

    LES COLLECTIONS CRÉATEURS CONTEMPORAINS

    En 2009, la maison Jules Pansu entame une collaboration avec des artistes contemporains en créant la tapisserie de Tal Waldman, lauréate du concours de la ville de Paris, qui revisitait la tapisserie jacquard traditionnelle avec des codes contemporains.

    La difficulté est toujours d’arriver à se transposer de la toile au tissage en préservant la force des couleurs et les lignes. Depuis, la maison Jules Pansu crée une collection « signature de créateurs » à chaque saison. Parmi les récentes contributions, on peut citer Emilio Robba, Aurore Hetier, Franz Bodo …

    JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC : UN PASSÉ SPIRITUEUX, UN FUTUR SPIRITUEL

    Pour concevoir la collection,  Jean-Charles de Castelbajac en complicité avec l’équipe Jules Pansu, a recherché parmi plusieurs de ses oeuvres pour trouver celle qui se prêterait le mieux à une reproduction via le métier à tisser.  L’œuvre « Un Passé spiritueux, un futur spirituel » a été retenue pour cette première collaboration et a été transformé en tapisserie. L’artiste souhaitait une oeuvre qui donne l’impression de sortir du mur quand il y est accroché avec des coussins en accessoires comme des satellites. Pour ce passionné d’histoire de l’art, l’audace et la témérité ne vieillissent pas. Il affectionne de travailler avec des codes liés à l’inconscient. La dimension choisie pour les coussins assez grande de 60 cms par 60 cms correspond à une demande forte du marché américain.

    Le résultat : ce sont des pièces avec une forte identité qui arrête le regard. Un simple coussin habille immédiatement un intérieur. Comme on peut photographier les anges que laissent l’artiste sur les murs des villes du monde entier, on peut faire rentrer l’univers de Jean-Charles de Castelbajac dans nos maisons avec ces accessoires. Le pari de retranscrire la signature résolument pop, à la fois arty, onirique et poétique du créateur est réussi. C’est un vrai coup de coeur pour cette collection, comme pour la collection de coussins Picasso.JC-castelbajac-pansu-dkomag

    Cette collaboration ne va pas s’arrêter là. Le créateur de mode se positionne depuis le début pour le développement durable avec des produits recyclés ou détournés. Il imagine parfaitement réaliser des manteaux avec des tapis de la Maison Jules Pansu.  Il est toujours dans la prospective. Son rôle de directeur artistique dans plusieurs industries et notamment le sport avec Rossignol ou le Coq Sportif le nourrit. Ce qu’il apprend d’un secteur, il peut le mettre au service d’un autre. Imaginer les tapis de demain avec des nouveaux matériaux où l’art et la beauté rencontre la science et la technologie est un challenge que l’artiste a envie de relever.

    JC-castelbajac-pansu-dkomag 4

    Dans ses projets, Jean-Charles de Castelbajac a envie de créer des nouveaux classiques dans la décoration avec des lampes, des meubles, du linge de maison. Repenser l’argenterie, créer une collection de tricots, réaliser des hôtels, des lieux culturels lui plairait.

    Retrouvez  l’exposition I Want de Jean-Charles de Castelbajac à la Galerie MAGDA DANYSZ. Du 3 février au 17 mars 2018,

    Les coussins et la tapisserie sont en vente à la boutique Jules Pansu 42, rue Bonaparte 75006 Paris – France Téléphone : +33 (0) 1 43 54 34 20 mail : bonaparte@pansu.com

    Actus Déco Talents Lifestyle

    Boboboom colore votre intérieur

    6 février 2018
    Boboboom

    Cela fait plusieurs années que nous suivons le travail du styliste de talent Mitri Hourani. Ce dernier a l’art de transformer  tout ce qu’il touche en objets raffinés. Il a remis au goût du jour les abat-jour à franches qu’on adore.  On peut mixer les tailles et les tissus (imprimés, unis, dentelles…). Cela fonctionne bien lorsqu’on suspendue en série dans une pièce. Vous pouvez aussi jouer avec les couleurs des câbles et la forme des abats-jours. Comme il aime à le dire, Mitri Hourani déshabille l’abat-jour et habille l’ampoule.

    Une de ses signatures de Boboboom est le canevas chiné appliqué sur différents supports comme les chaises, les poufs, les tabourets. Il travaille pour cela avec des artisans. Aujourd’hui, l’artiste va plus loin. Le canevas chiné est scanné et devient une série de tissus en impression numérique 100% coton. Cette collection fonctionne bien avec l’impression jungle.  Si vous souhaitez imprimer vos propres motifs, Boboboom peut vous le proposer.

    Vous pouvez ainsi avoir des luminaires ou des chaises uniques notamment sur la chaise tulipe inspirée d’un modèle des années 50.

    L’autre terrain de jeu de Boboboom sont des luminaires en verre type opaline. Là aussi, les formes et les tailles sont produits à la demande.
    Mitri Hourani Créateur Styliste
    6 boulevard Moulin Guieu 13013 Marseille

    Actus Déco Talents Lifestyle

    Cécilie Manz, créatrice de l’année 2018 pour Maison&Objet

    7 janvier 2018

    Le salon Maison&Objet 2018 met à l’honneur une créatrice danoise avec Cécilie Manz et à travers elle, le design scandinave. Ce salon professionnel qui a lieu du 19 au 23 Janvier met à l’honneur un design qui réunit fonctionnalité et bien-être.

    Touche-à-tout par nature, Cecilie Manz s’attaque à des typologies aussi variées que des plaids, un minibar pour le Wallpaper* show, des fauteuils en bois, une collection de tables et chaises pour Fritz Hansen ou des vases en verre .. . Variété des matériaux, modernité des usages…

    Le « Hygge », un état d’esprit

    Le travail de Cécilie Manz s’inscrit dans l’état d’esprit appelé « Hygge » où l’art de vivre prime avec en toile de fond la quête du bonheur. Le bois en est le matériau phare. La fonctionnalité est aussi essentielle : simplicité absolue, pas de fioritures. Quand la designer dessine le croquis d’une future création au crayon, elle aime à gommer tout le superflu, que ce soit pour une salle de bain Duravit,  ou un matériel high-tech pour Bang&Olufsen. On retrouve ses origines scandinaves dans sa volonté d’aller à l’essentiel, même si la simplicité des lignes est un défi chaque fois renouvelé.

    Cecilie-Manz-MO18-Objet

    Une scénographie simple

    Pour Maison & Objet, Cécilie Manz prépare une scénographie lui ressemblant, à base de matériaux basiques : bois brut, cuir, aluminium et verre. Elle présentera le fruit de ses recherches. Son exposition présentera des pièces existantes et nouveautés dans une atmosphère chaleureuse qui demeure le leitmotiv de son travail.

    Talents Lifestyle

    Maison Dada ouvre son premier showroom à Paris

    15 novembre 2017

    La singularité de la Maison Dada, maison d’édition de Design a été d’être créée d’abord à Shanghai par un duo français, Thomas Dariel et Delphine Moreau. Après avoir travaillé comme architectes d’intérieur en chine et  présenté une collection de meubles au salon Maison&Objet, ils ouvrent un atelier à Paris.

    maison dada stephanie caumont 2

    Maison Dada tient son nom du dadaïsme que les créateurs de la marque considère comme l’un des mouvements artistiques les plus significatifs du XXème siècle.  La première collection de Maison Dada en est largement emprunt. Les couleurs et les formes le révèlent. Cela fonctionne.
    Collages, inventions, réappropriations : Maison Dada aime proposer des objets décalés qui défient les notions établies de certitude, de goût… et parfois de gravité.


    La direction artistique de Maison Dada a été confiée au Designer Thomas Dariel qui dirige son positionnement créatif en dessinant ses propres collections ainsi qu’en supervisant la sélection des designers invités à collaborer avec la marque. La nouvelle collaboration est avec l’artiste et Designer Arik Levy – qui a conçu les tables a diner Paris-Ming. Arik Levy a imaginé une série de deux tables inspirée de la Dynastie Ming.

    De nouvelles pièces viendront compléter une collection existante qui rencontre déjà un certain succès : les fauteuils Ayi et Gentleman, la bibliothèque Lost in Translation, la lampe Dali Divina, la table d’appoint Stand by me, la collection de tapis Autumn in New-York et la table ronde Sonia Et Caetera.

    On aime les miroirs, la réinterprétation du rocking chair, celle de la coiffeuse, le graphisme des tapis.

    Maison Dada 34, rue Saint-Dominique 75007 Paris . Plus d’informations sur le site.

    Talents Lifestyle

    La collection Bliss signée des designers suédoises Kajsa Cramer et Emma Von Brömssen

    26 septembre 2017

    BLISS est une collaboration unique entre les designers suédoise de talent, KAJSA CRAMER, céramiste et EMMA VON BRÖMSSEN, créatrice de motifs inspiré par la faune et la nature. Le résultat est une collection simple et authentique dans l’air du temps. La collection BLISS est composée de porcelaine et de textile tels que mugs, soucoupes, coussins et serviettes/torchons. Faits à la main en argile de porcelaine de première qualité, de couleur beige lin, les mugs et les soucoupes existent avec trois motifs différents ainsi qu’en beige lin uni.
    bliss 2
    La créatrice de motifs Emma von Brömssen et la designer céramiste Kajsa Cramer se retrouvent dans une collection conjointe où l’expression unique de chacune a trouvé sa place.
    Les deux utilisent des matériaux naturels de première qualité dans leur travail et production.   Kajsa et Emma trouvent leur inspiration dans l’univers artistique de l’autre ainsi que dans le monde qui les entourent. Les deux artistes ressentent un besoin de calme dans un monde qui tourne de plus en plus vite. A travers cette collection, elles proposent un moment de réflexion pour éveiller ses sens. D’où le nom de la collection BLISS (=bonheur).
    Le thé, présenté dans une jolie boite assortie, est une tisane à base de plantes aux effets apaisants, verveine et camomille notamment. Les mugs et soucoupes sont d’abord faits à la main dans de l’argile de porcelaine, puis décorés avec les dessins d’Emma.

    bliss 3
    Emma explique : « Avec Kajsa, on s’est échangé des idées et on s’est senties très inspirées par les formes organiques de la mer : algues, coraux et poissons. »
    L’attirance de Kajsa et Emma pour le design asiatique est clairement visible dans la collection également.

    bliss 4

    La présentation et l’emballage sont aussi très importants pour elles, tout comme le message qui l’accompagne sous forme d’un petit texte : LA COLLECTION BLISS – S’arrêter dans L’INSTANT PRESENT. ACTIVER SES SENS et faire une pause dans la vie autour d’une tasse de thé. UN MOMENT DE REFLEXION et de contemplation.

    Côté prix, MUG en argile de porcelaine, prix public 29€ et 19€ (uni) – également disponibles en coffret de 2 mugs, SOUCOUPE en argile de porcelaine, prix public 23€ et 14€ (uni), COUSSIN en 50% lin, 50x50cm ou 60×40 cm, prix public 80€, SERVIETTE en 100% lin, prix public 25€ – BOITE de tisane, prix public 19€

     

    Design Talents Lifestyle

    Junddo, nouvelle maison d’édition française de mobilier design

    6 juillet 2017
    Créée en 2016 par Arthur Ho et Xavier Aymé, Junddo souhaite répondre aux besoins de chacun en imaginant des meubles en bois massif, qui s’adaptent à nos espaces au centimètre près, tout en privilégiant le style et la qualité.
    Junddo-13
    Arthur et Xavier, les fondateurs de Junddo, tous deux ingénieurs, se sont connus sur les bancs des classes prépa. Après une première expérience dans le domaine énergétique qui les conduit du Proche Orient à la Norvège en passant par l’Argentine, ils se retrouvent à Paris pour accomplir leur rêve d’étudiant : créer leur propre entreprise, « quelque chose à soi, proche des gens, en prise avec la création et comportant un vrai défi technique » résume Arthur. L’idée a germé quand Xavier a dû meubler son nouveau 30 m2 parisien. « Je repartais de zéro. J’avais abandonné mon 100 m2 d’expatrié pour m’installer dans un studio et je ne trouvais pas de meubles adaptés. » Il aménage sa cave en atelier, passe un CAP de menuiserie, confectionne ses propres meubles à l’aide d’outils numériques. « Pourquoi ne pas faire la même chose à plus grande échelle ? » se demande-t-il. Avec Arthur, ils relèvent le challenge.
    Junddo-14
    « À notre modeste échelle, précise Xavier, c’était aussi un moyen de relancer l’industrie française. » Arthur, plus sensible aux aspects esthétiques, travaille en amont sur la conception. Xavier, passionné par la partie production, fait le lien avec les menuiseries. Convaincus par la supériorité du bois massif, ils le rendent accessible à tous grâce aux nouvelles technologies.
    Junddo-11
    Étagères, bibliothèques, tables basses… Chaque modèle est imaginé par un designer en une infinité de dimensions. Le client n’a qu’à choisir celles qui lui convient. Il est ensuite réalisé dans des bois massifs et fabriqué, à l’unité, dans des menuiseries françaises. Un parti pris fort, qui fait de chaque meuble, une pièce à la fois haut de gamme et accessible.
    Accessible grâce à un modèle de fabrication en circuit court, sans intermédiaire. Parfois, être révolutionnaire, c’est être simple. Junddo signifie pureté en japonais : pureté des formes, pureté du bois, pureté du modèle « le meuble qu’il vous faut au prix juste. »
    Junddo-4
    Nous avons bien aimé la bibliothèque Tana. Adaptable en hauteur comme en largeur, cette bibliothèque imaginée par Pierre Charrié, valorise le bois massif en toute simplicité. L’alternance des panneaux, face, profil, offre un écrin aux livres comme aux objets. Trois coloris (rouge, bleu, brun) viennent rythmer les séparateurs et faire danser la structure finale. Entièrement sur-mesure, elle est disponible en chêne naturel, chêne uni ou hêtre. Elle est disponible à partir de 989 €.
    Junddo-6 Junddo-5
    Portée est un meuble imaginé par le designer Philippe Riehling. Il répond aux désirs des passionnés de vinyles. Adaptable en largeur et disponible dans trois essences de bois, chêne naturel, chêne uni ou hêtre, Portée peut accueillir jusqu’à 860 vinyles ! Un espace pour la platine et l’amplificateur est prévu dans chacune des configurations. Les plus : l’accroche casque rétractable et le bac vinyle. Elle est disponible à partir de 419 euros.
    Crédits photos d’ambiance : Yann Deret pour Junddo. Stylisme : Marie-Maud LEVRON